Six Églises et associations ecclésiales ont porté cette plateforme œcuménique nationale « sur les fonts baptismaux », le 21 juin 1971 : Église évangélique réformée, catholique romaine, catholique-chrétienne et méthodiste de Suisse, Armée du Salut et Fédération des communautés baptistes de Suisse alémanique. Depuis, six autres Églises et quatre associations/Églises « hôtes » ont rejoint les membres fondateurs et participent aux échanges, pratiqués au plus haut niveau ecclésial, puisque les membres délèguent en principe des personnalités dirigeantes dans les organes de la CTEC.CH.

Extrait de la préface de la brochure de présentation de 2016, écrite par le président d’alors, l’évêque Harald Rein, de l’Église catholique-chrétienne (président de la CTEC.CH 2015 – 2016) :

 

« Toutes les Églises ont trois tâches à accomplir : célébrer le culte, proclamer l’Évangile de Jésus-Christ et vivre la diaconie. Pour que cela fonctionne en tant que communauté, la communication interne et externe à tous les niveaux revêt une grande importance. »

« L’histoire [de la CTEC.CH] est en même temps un reflet des évolutions ecclésiales et sociales. Dans le contexte du mouvement œcuménique, l’accent a d’abord été mis sur la recherche d’une unité ecclésiale non seulement au niveau de la foi et de la reconnaissance réciproque, mais aussi dans ses conséquences institutionnelles. »

 

Puissent toutes les Églises montrer, par des démarches courageuses et persévérantes, qu’elles sont une en Jésus-Christ. Harald Rein, évêque ECC

Ces efforts ont entraîné un rapprochement dans de nombreux domaines (comme la reconnaissance réciproque du baptême : en cas de changement de confession, il n’y a pas un nouveau baptême ou un re-baptême). »

Ainsi, cette année de jubilé, une septième Église, l’Église néo-apostolique en Suisse, sera en mesure de signer la Déclaration de Riva San Vitale de 2014.

« La Charte œcuménique, signée en commun en 2005, est une expression de ce rapprochement. »

« L’admission de nouveaux membres, dont des Églises de migrants, et l’approfondissement des contacts avec les Églises libres, ont par ailleurs conféré une diversité supplémentaire à l’unité recherchée. »

La CTEC.CH a accordé en 2017 le statut de « membre hôte » au VFG et, en 2020, à l’associaition faîtère du Réseau et de l’Alliance évangéliques suisses.