Le 8 septembre, la Communauté de travail des Églises du canton de Berne a commémoré 50 ans d’œcuménisme dans le canton. Les notes joyeuses mais aussi solennelles de l’ensemble de cuivres de l’Armée du Salut, le chant traditionnel de l’ensemble vocal de la communauté serbe-orthodoxe de Berne et les sons puissants de l’orgue dans l’Église française ont accompagné musicalement la célébration. Des invités et des représentants des membres de l’AKB ont commémoré 50 ans d’œcuménisme dans le canton de Berne. Le pasteur Christoph Knoch, président de l’AKB, a animé la célébration. Après 50 ans de route commune, l’AKB constate : « Les membres et les hôtes de l’AKB ont différentes visions de l’Église ».

Le Concile Vatican II (1962-1969) a fait naître l’espoir que les divisions confessionnelles pourraient s’estomper, voire même être surmontées, selon le mot d’ordre : « aggiornamento ». De nombreuses plates-formes œcuméniques ont été créées en Suisse durant cette période, comme l’AKB, deuxième communauté de travail cantonale la plus ancienne (après celle du canton de Zurich, fondée en 1965).

Depuis 1969, année de sa fondation, l’AKB est « un lieu de rencontre, de consultation et de réflexion pour les délégués et les invités d’Églises, d’organisations ou de communautés ecclésiales actives dans la partie germanophone du canton de Berne ». Elle s’engage à percevoir la diversité toujours changeante des Églises locales. Dans les réunions et dans le dialogue, elle facilite les échanges et l’action commune pour le bien de la communauté » (traduction de l’article des statuts de septembre 2014 traitant de l’objectif).

Pour son 50e anniversaire, je souhaite que l’AKB continue à avoir le courage et la force de sauter par-dessus les murs. Franz Scherrer, ancien représentant de l’Église catholique romaine à l’AKB

Si, dans les premières années, l’accent portait sur les contacts entre les Églises reconnues par l’État et les Églises libres, il s’est déplacé depuis vers les Églises orthodoxes. Aujourd’hui, l’AKB compte sept Églises membres, quatre Églises et communautés avec le statut d’hôte et sept invités permanents. À l’avenir, une tâche importante sera de nouer des contacts avec les Églises issues de la migration qui fleurissent dans le canton.

Le document de 2013 L’Église : vers une vision commune de la commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises est une source d’inspiration pour l’AKB : chaque « Église locale est totalement Église, mais elle n’est pas l’Église tout entière. Dans ce sens, il faudrait considérer l’Église locale non pas indépendamment d’autres Église locales mais en relation dynamique avec elles ».

Un regard externe ne pouvait manquer durant cette célébration. Dölf Barben, journaliste qui traite depuis des années les thèmes en lien avec l’Église pour le quotidien bernois Der Bund, devait répondre de son point de vue à la question « De quelle Église avons-nous besoin aujourd’hui ? » (texte allemand). Il imagine l’Église comme une sorte de pôle de vie spirituelle, un havre de paix au milieu de la ville (ou du quartier), une Maison des Églises, et pourquoi pas des religions, dans laquelle il se passe toujours quelque chose, dans laquelle un ou une accompagnante spirituelle est disponible 24 heures sur 24, où les gens se rencontrent, célèbrent le culte, trouvent soutien et cultivent le sens de la communauté. Une sorte de « quartier du temple » ?

Exposé, version audio (en allemand)
Vers le site Internet de l’AKB